Newsletter 03 / mai 2021

Jeux Olympiques de Tokyo: interview avec le Chef de mission suisse

l y a onze ans, il remportait le bronze en tant que skip de l’équipe suisse de curling aux Jeux Olympiques à Vancouver. Aujourd’hui, Ralph Stöckli est Chef de mission de la délégation olympique suisse à Tokyo.

Quelles sont les trois tâches principales d’un Chef de mission lors des Jeux Olympiques?
Les tâches d’un Chef de mission étant très variées, il est difficile d’en retenir trois en particulier. Pour résumer, l’on pourrait dire que ma responsabilité principale est que les athlètes suisses bénéficient des meilleures conditions possibles lors des Jeux Olympiques. Cela comprend notamment l’élaboration des critères de sélection (d’entente avec les fédérations sportives) et la planification du voyage, de l’hébergement, de la préparation et de l’encadrement médical sur place, ainsi que la communication. Afin que tout fonctionne et puisse être mis en œuvre avec succès, je peux fort heureusement compter sur le soutien d’une équipe bien huilée.

 

Après Rio en 2016 et Pyeongchang en 2018, tu occupes cette fonction pour la troisième fois cette année. En quoi Tokyo sera différent?
Pandémie oblige, les Jeux Olympiques de Tokyo seront un événement hors du commun. Des règles strictes ont été mises en place afin de réduire les risques de contagion de tous les acteurs impliqués et de la population de Tokyo. Les athlètes resteront la plupart du temps entre eux. Cette année, nous ne verrons guère de mélange des délégations et des nations, ce qui constitue pourtant l’un des éléments clés des JO. Cela est certes regrettable, mais il s’agit certainement de la stratégie la plus adéquate pour garantir la sécurité et la santé de toutes et tous.

 

En raison de la pandémie, nous ne verrons pas de «House of Switzerland» à Tokyo. Où allez-vous fêter les succès?
C’est une bonne question. Eu égard à la pandémie, nous savions depuis un certain temps déjà que les succès ne pourraient malheureusement pas être célébrés dans le cadre habituel. Je suis toutefois persuadé que les athlètes trouveront une solution respectant les mesures en vigueur pour fêter leurs succès. Néanmoins, il s’agit en premier lieu d’atteindre ces objectifs. Toute l’attention se concentre sur ce point.

 

Quels défis se sont posés à toi en raison du report des Jeux Olympiques?
Je tiens tout d’abord à souligner que nous avons été soulagés du report des JO. Au printemps 2020, quasiment toutes les compétitions de qualification ont été annulées. En outre, nos athlètes ont été largement privés d’entraînement, car les installations sportives, les piscines, etc. étaient fermées. Peur eux, pour les fédérations et aussi pour nous, la situation a engendré un stress majeur. À cet égard, le report des JO nous a apporté du soulagement. Les préparations en vue des Jeux de Tokyo ont ensuite pu être graduellement reprises. Nous avons en partie pu repartir depuis là où nous avions été contraints d’arrêter en 2020. Toutefois, il restait, et reste encore, bien des incertitudes. Nous devons donc faire preuve de flexibilité, et ce, certainement jusqu’à la fin des Jeux.

 

Quel impact cela a-t-il eu sur la sélection des athlètes?
L’annulation ou le report des compétitions de qualification ont bien entendu provoqué un certain retard et des incertitudes au niveau de la planification. Dans certaines disciplines, nous ne savons pas encore si toutes les compétitions de qualification pourront avoir lieu comme prévu. Les athlètes sont les premiers à souffrir de cette situation. Chez Swiss Olympic, nous essayons de rester aussi flexibles que possible. Nous entretenons des contacts réguliers et très fructueux avec les responsables du sport de performance des fédérations. Par conséquent, je suis persuadé que les athlètes qui feront finalement partie du Swiss Olympic Team à Tokyo seront celles et ceux qui l’auront véritablement mérité.

 

Quelles sportives et sportifs suisses bénéficiant de contributions de soutien de l’Aide sportive se sont-ils qualifiés pour Tokyo 2021 jusqu’ici?
Sur les 18 athlètes sélectionnés par Swiss Olympic et dont la participation aux Jeux Olympiques est confirmée, tous sont soutenus par l’Aide sportive. Bien d’autres noms s’y ajouteront ces prochaines semaines. Finalement, la délégation suisse devrait compter plus de cent athlètes. Bon nombre d’entre eux ne prendraient pas le départ à Tokyo s’ils n’avaient pu compter sur le précieux soutien de l’Aide suisse durant leur carrière.

 

Selon toi, dans quelles disciplines la délégation suisse aura-t-elle des atouts à faire valoir et où pourrait-on vivre des surprises?
C’est vraiment difficile à dire. Je pense que la délégation suisse se démarquera une fois de plus par sa grande diversité. Personnellement, je suis impatient de voir comment les progrès accomplis par les athlètes suisses en natation et en athlétisme se traduiront dans le cadre des Jeux Olympiques. Je me réjouis également beaucoup des prestations des routiniers tels que Roger Federer, Nicola Spirig et Heidi Diethelm Gerber. Parviendront-ils à décrocher une médaille lors de ce qui pourrait être leurs derniers Jeux?

 

Osons les pronostics: Combien de médailles les athlètes suisses remporteront-ils?
Il est toujours très difficile de se lancer dans de tels pronostics. En amont de Tokyo 2021 cet exercice est encore plus ardu, étant donné que la préparation a été tout sauf habituelle. Partons du principe suivant: Nous avions ramené sept médailles des Jeux Olympiques à Rio. Dans le sport, on a toujours l’ambition de faire mieux. Par conséquent, l’objectif pour Tokyo serait de remporter au moins une médaille de plus. Toutefois, nous savons toutes et tous que rien n’est gravé dans le marbre et qu’une compétition se joue sur les plus petits détails. Au lieu de définir un objectif en termes de médailles, il est donc presque plus important que les athlètes parviennent à exploiter leur potentiel de manière optimale. Nous espérons que cela suffira pour remporter des médailles aussi nombreuses que possible.

 

Quelle est la part de l’Aide Sportive Suisse aux médailles éventuelles de la Suisse?
Sa part est très importante! Pour la plupart des participants aux Jeux Olympiques, qu’ils soient issus des sports très médiatisés ou des disciplines marginales, le soutien de l’Aide sportive revêt une immense importance dans leur parcours vers l’élite. Je suis persuadé que la diversité dans le sport d’élite suisse, que j'ai mentionnée plus tôt, ne serait pas aussi large sans ce soutien. Au nom de Swiss Olympic, je tiens donc à remercier chaleureusement l’Aide sportive pour son énorme engagement!

 

Sais-tu déjà qui sera porte-drapeau?
Pour l’instant, je ne sais même pas encore définitivement qui fera partie de la délégation (il rit)! Plus sérieusement: Cela n’a pas encore été décidé. Quelques noms me trottent bien entendu dans la tête, mais je ne prendrai une décision que peu avant la cérémonie d’ouverture. À Tokyo, nous aurons d’ailleurs pour la première fois l’occasion de nommer une porte-drapeau et un porte-drapeau. Je pars du principe que nous saisirons cette occasion.